Déradicalisation: des mesures loin d’être à la hauteur, pointe un rapport (L’Express, 22 février 2017)
Partager

« Deux sénatrices rendent les premières conclusions de leur mission d’information sur la lutte contre la radicalisation. Et brocardent des mesures peu adaptées, prises dans la précipitation après les attentats de 2015.

Elles ont lancé leurs travaux au printemps 2016. Ce mercredi, les sénatrices écologiste Esther Benbassa et Les Républicains Catherine Troendlé remettent leur rapport d’étape -premières conclusions, non définitives- de leur mission d’information sur le « Désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des djihadistes en France et en Europe« . Et leur constat est assez sombre: il y aurait de sérieux ratés en matière de lutte contre la radicalisation.

Pendant un an, les deux sénatrices ont passé au crible toutes les mesures prises par le gouvernement dans ce domaine éminemment complexe. Des dispositifs souvent décidés dans la précipitation, qui n’ont pas franchement été à la hauteur des enjeux. « Les pouvoirs publics, après les attentats, ont été pris de panique », note Esther Benbassa. « Il fallait faire quelque chose mais comme on est allé trop vite, on est tombé dans le bricolage ».

Un centre de déradicalisation qui tourne déjà à vide

Ainsi, le centre de Pontourny, en Touraine, qui devait servir de modèle de désendoctrinement, tourne déjà à vide faute de volontaires, sept mois à peine à près son ouverture. « Les effets sur la lutte contre le phénomène d’emprise sur des personnes en voie de radicalisation sont loin d’être avérés », pointent les sénatrices. « À l’inverse, trois pensionnaires s’étaient autoproclamés la ‘bande des salafistes rigoristes’, le départ forcé de l’un d’entre eux entraînant le départ volontaire et consécutif des deux autres, laissant supposer un phénomène d’emprise, paradoxal dans un lieu censé y remédier ». […]

Pour (re)lire l’intégralité de l’article de l’Express, cliquer ici.