Question au Gouvernement sur les violences policières (09 février 2017)
Partager

Question au gouvernement

 

Jeudi 9 février 2017

Esther Benbassa, Sénatrice EE-LV

 

Monsieur le Président,

Mes chèrEs Collègues,

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Jeudi dernier, Théo, 22 ans, jeune homme sans histoire, fils d’une famille honorablement connue, a été gravement blessé lors d’une opération de contrôle à Aulnay-sous-Bois. Il affirme avoir été victime d’insultes racistes, de coups et avoir subi un viol. Hospitalisé, opéré en urgence, il s’est vu prescrire 60 jours d’incapacité totale de travail. Parmi les quatre policiers mis en cause, un a été mis en examen pour viol, les trois autres pour violences volontaires en réunion.

Les faits reprochés à ces quatre policiers rejaillissent injustement sur tous leurs collègues, hommes et femmes sans reproches, dévoués à leur tâche, toujours plus difficile, en butte eux-mêmes à des attaques parfois extrêmement violentes. Pour le Défenseur des droits, « cette dramatique affaire illustre les conflits qui naissent parfois des contrôles d’identité ». Et il continue de demander que ces contrôles « soient réalisés pour des raisons objectives et vérifiables ». La LDH ne dit pas autre chose.

L’urgence, après de tels faits, est claire. Elle est de reconstruire la confiance brisée entre les habitants de certains quartiers et leur police.

Et ma question est simple, Monsieur le Ministre.

Ne conviendrait-il pas, sans tarder, de rappeler à chacun ses devoirs, de rompre avec certaines pratiques discriminatoires, de faire prévaloir en toutes circonstances l’État de droit – et ne vous apparaît-il pas nécessaire de restaurer une police de proximité dûment formée, soucieuse avant tout de connaître et de protéger les citoyens dont elle a la charge ?