Question écrite au Gouvernement sur les trains de nuit (28 novembre 2017)
Partager

Lutte contre les transports polluants et trains de nuit

Question n° 02269 adressée à Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports

Mme Esther Benbassa interroge Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports sur le rôle des trains de nuit dans la politique de réduction des émissions polluantes et dans la cohésion du territoire.

Durant des décennies, les trains de nuits ont offert de nombreuses possibilités de mobilité en France et à l’international, ceci en minimisant les besoins d’investissement et les émissions de gaz à effet de serre tout en s’adaptant à diverses populations grâce à différents niveaux de services, tant professionnels que pour les loisirs. Pourtant les trains de nuit ont été négligés durant des années face au développement d’autres modes de transports considérés comme plus modernes.
Ainsi, malgré leurs avantages, les lignes de nuit ferment les unes après les autres : Paris-Berlin et Paris-Munich en 2014, les dernières lignes transversales en 2016, Paris-Tarbes-Irun le 1er juillet 2017, et Paris-Nice le 9 décembre 2017. Malgré les atouts du TGV, Tarbes, Perpignan, Pau, Cannes et Nice restent à plus de cinq heures de Paris, se rendre à Barcelone prend plus de six heures, Berlin plus de 8 heures, Madrid plus de 9 heures, sans parler des liaisons transversales qui prennent souvent une journée entière.
Ces durées de trajets sont peu attractives en train de jour, ce qui engendre un report sur des moyens de transport plus polluants, bien trop souvent l’avion ou la voiture individuelle, et réduit les possibilités de mobilité au travers du territoire et à l’international. L’accord de Paris sur le climat invite à rechercher des alternatives à l’aviation et à la voiture individuelle qui seraient moins énergivores et moins dépendantes des énergies fossiles.
Dès lors, le train apparaît comme un maillon incontournable des transports de demain. Le Gouvernement a annoncé donner la priorité au réseau existant : peut-on laisser ce moyen de transport nécessaire à notre mobilité et à notre planète disparaître comme le tramway il y a cinquante ans ?
Dans le cadre des assises de la mobilité et de la future loi de programmation sur les transports, elle lui demande si le Gouvernement fera preuve de cohérence en s’engageant pour que le train de nuit redevienne un service public attractif et regagne des voyageurs sur la route et l’aérien et, si oui, avec quels moyens.
contact : 01 42 34 27 42