Rapport sur la déradicalisation : « il n’y aura pas de miracle » (Le Monde, 23 février 2017)
Partager

 

« La prise en charge de la déradicalisation en France est un « échec », selon un bilan d’étape d’une mission d’information sénatoriale rendu public mercredi.

 

La prise en charge de la déradicalisation en France est un « échec » et les pouvoirs publics doivent changer de « concept », selon un rapport des sénatrices Esther Benbassa et Catherine Troendlé. L’élue écologiste et sa collègue Les Républicains ont remis, mercredi 22 février, leur rapport d’étape de leur mission d’information baptisée « Désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des djihadistes en France et en Europe ». Les travaux ont débuté au printemps 2016 et le rapport final devrait être publié en juin.

 

Dans ce point d’étape, les deux rapporteures dressent notamment un bilan global peu flatteur de la politique de déradicalisation et en particulier du centre dédié de Pontourny (Indre-et-Loire), où elles se sont rendues. « C’est un fiasco complet, tout est à repenser, tout est à reconstruire », a commenté le président de la commission des Lois du Sénat, Philippe Bas.

 

Un rapport qui intervient alors que le gouvernement a depuis plusieurs mois amorcé un changement de politique sur ce sujet. Se défendant de réaliser un réquisitoire contre les autorités publiques, Mme Benbassa considère d’ailleurs que dans cette mission de déradicalisation « il n’y aura pas de miracle » et qu’il faudra rester« modeste et patient ».

 

Un climat d’urgence

 

Pour comprendre les raisons de cet « échec », il faut remonter quelques années plus tôt, à l’automne 2014, période à laquelle l’exécutif a mis en place ses premières mesures pour endiguer le phénomène de radicalisation latent en France, et qui conduit déjà certains jeunes sur les terres de l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

 

Les mois suivants verront se succéder une série d’attentats (en janvier puis en novembre 2015) et de tentatives d’attentats, notamment l’attaque ratée du Thalys par Ayoub El Khazzani et celle de Villejuif par Sid Ahmed Ghlam.

 

C’est dans ce contexte de menace diffuse que le gouvernement s’attaque au dossier ardu de la « déradicalisation » – terme désormais décrié au profit du « désendoctrinement » ou du « désembrigadement ». Un contexte d’urgence, qui n’incite pas les autorités à prendre les bonnes décisions, selon Mme Benbassa.

 

« Le gouvernement était en panique à la suite des attentats. Et c’est la panique qui a guidé ses actions. Le temps du politique est court, il fallait rassurer la population », rappelle la sénatrice Europe Ecologie-Les Verts, qui se défend d’avoir réalisé un « réquisitoire » contre la politique de désendoctrinement mis en place par le gouvernement, mais qui revient point par point sur les différentes méthodes utilisées, soulignant à chaque fois leur limite.

 

« Business »

 

Mme Benbassa fustige d’abord les associations sollicitées par l’exécutif pour amorcer des programmes de déradicalisation partout en France. « Ces associations ne connaissaient pas la question, elles se sont juste engouffrées dans la brèche, en menant des actions qui n’étaient pas à la hauteur des défis », estime la sénatrice, qui évoque à plusieurs reprises « le business de la déradicalisation »« ceux qui y croient sont ceux qui en vivent ».

 

A ces associations se sont ajoutés « des pseudos spécialistes », ajoute Mme Benbassa, qui cite notamment les méthodes de Dounia Bouzar. L’anthropologue a eu la confiance du gouvernement de 2014 à 2016, c’est elle qui a été la première à avoir la charge d’équipe mobile d’intervention auprès de familles en détresse et qui a formé les premiers personnels de l’Etat au sujet de la déradicalisation.

 

Aujourd’hui toutefois, Mme Bouzar fait l’objet de nombreuses critiques. Cette dernière a longtemps défendu l’idée que la radicalisation était une forme d’emprise sectaire, approche aujourd’hui remise en cause. La question des méthodes de désembrigadement fait toutefois l’objet de débats plus larges et de tâtonnements dans l’application des politiques publiques, au-delà même de Mme Bouzar.

 

Pour (re)lire l’article du Monde dans son intégralité, cliquez ici.