Un ministre turc refoulé aux Pays-Bas en meeting ce dimanche à Metz (Le Parisien, 11 mars 2017)
Partager

Après avoir été empêché samedi de se rendre aux Pays-Bas, le ministre turc des Affaires étrangères sera dimanche en meeting à Metz (Moselle),  dans le cadre de la campagne pour le référendum destiné à renforcer les pouvoirs du président turc. La France a donné son accord.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu est attendu dimanche en début d’après-midi au centre des congrès de Metz (Moselle) après avoir été empêché samedi de se rendre aux Pays-Bas, créant une crise diplomatique entre Ankara et La Haye. Le Quai d’Orsay a donné son aval. L’avion du ministre a atterri à l’aéroport de Nancy-Metz samedi soir (tweet ci-dessous).

La venue du ministre turc «est confirmée», a indiqué Alain Carton, secrétaire général de la préfecture de Moselle. Le chef de la diplomatie turque doit tenir un meeting dans une salle du centre des congrès, à l’invitation d’une association locale, l’Union des démocrates turcs européens section Lorraine (UETD). Cette réunion se tient alors qu’un référendum est organisé le 16 avril afin de renforcer les pouvoirs du président turc.

«Le déplacement du ministre turc en France, a été accepté par le ministères des affaires étrangères», a déclaré Alain Carton en rappelant que «la préfecture est chargée de la sécurité de la manifestation et des abords et le fait qu’il n’y ait pas de trouble à l’ordre public, ce qui a priori ne sera pas le cas».

Une importante communauté turque

Metz se situe à une cinquantaine de kilomètres de la frontière allemande. Après l’Alsace, la Lorraine est la deuxième terre d’immigration des Turcs en France depuis les années 60, avec 50 000 ressortissants. Des tensions sont perceptibles entre les communautés turque et kurde, selon «le Républicain Lorrain».

Sénatrice EELV du Val-de-Marne depuis 2011, Esther Benbassa qui est née à Istanbul, déplore cette visite sur Twitter alors que des «persécutions monstrueuses» ont lieu en Turquie.

 

[…]

Pour (re)lire l’intégralité de l’article du Parisien, cliquer ici.