#MeToo. Le sexisme en politique, c’est tous les jours, Noël compris (tweets, vidéos et revue de presse, 24-29 décembre 2018)
Partager

Le 24 décembre au soir, Joachim Son-Forget, député LREM, postait un tweet sexiste s’attaquant à l’apparence physique d’Esther Benbassa, puis se livrait à un véritable harcèlement en postant la photo de cette dernière une cinquantaine de fois en une heure et demie. La sénatrice lui répondit le lendemain, alors que Twitter était déjà submergé par une vague presque unanime de protestations.

Le 25, le bureau du groupe LREM de l’Assemblée nationale, par la voix de son président, Gilles Le Gendre, s’est désolidarisé, comme quelques autres responsables politiques LREM, clairement du député.

Le 26, Marlène Schiappa, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, ne l’a fait que du bout des lèvres, reprenant l’argumentaire du harceleur, et accusant de sexisme la sénatrice elle-même, sans le moindre commencement de preuve (selon la technique éprouvée de l’antiféminisme le plus classique du victim blaming).

Le 29, on apprenait que Joachim Son-Forget, ayant appris sa suspension, décidait de quitter LREM et de siéger parmi les non-inscrits.

On trouvera ci-dessous les captures des principaux tweets – ainsi que ma réaction sur BFMTV et sur CNews, une revue de presse, et l’interview, entre autres, qu’Esther Benbassa a donnée à Russia Today.

Un tel incident ne méritait sans doute pas une telle dépense d’énergie. Il n’en révèle pas moins la médiocrité de nos moeurs politiques et le sexisme qui y règne.

Merci à tou.te.s les citoyen.ne.s qui ont manifesté leur soutien à la sénatrice.