« Nous n’avons jamais été en rupture » de masques, selon Emmanuel Macron, l’opposition s’insurge
Partager

Dans une interview diffusée sur BFMTV lundi 18 mai, le président de la République affirme qu’il n’y a jamais eu de rupture de masques pendant la crise sanitaire du Covid-19. Une affirmation qui fait bondir l’opposition.

« Il y a eu une doctrine restrictive pour ne jamais être en rupture (de masques) », affirme Emmanuel Macron, interviewé par BFMTV lundi 18 mai pour une émission sur les coulisses de la gestion de la crise du coronavirus.Le président de la République estime qu’il y a « ensuite un approvisionnement et une production renforcés et nous n’avons jamais été en rupture. Ce qui est vrai, c’est qu’il y a eu des manques, des tensions ».

Pourtant selon une enquête publiée le 21 avril par le Syndicat des praticiens hospitaliers anesthésistes-réanimateurs« la pénurie reste importante ». À cette période, 20 % des praticiens disaient notamment manquer encore de modèles FFP2.

« Une réécriture inadmissible des dernières semaines »
À gauche comme à droite, cette affirmation du président fait réagir. Pour la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, cette déclaration est une « provocation insupportable compte tenu de la situation » : « Comment le président peut-il oser dire cela alors que son gouvernement a menti sur l’utilité même des masques justement pour cacher la pénurie ? »

Le député LR de la Manche, Philippe Gosselin estime qu’Emmanuel Macron fait « une réécriture inadmissible des semaines passées » et s’interroge : « Comment ne pas être en colère en entendant de tels propos ? ! »

L’allégation du président fait aussi grincer des dents chez les Verts. La sénatrice EELV Esther Benbassa se demande ironiquement : Emmanuel Macron « nous dira-t-il bientôt que l’hôpital public va bien ? »

L’ONG Médecins du monde s’agace également du vocabulaire choisi par le locataire de l’Élysée : « Monsieur Emmanuel Macron, quand vous parlez de tensions sur les masques, c’est le langage du nouveau monde pour dire « périmés depuis plus de 10 ans » ? »