Revue de presse. Renoncement de Bouteflika : les réactions politiques en France
Partager

 

Renoncement de Bouteflika : les réactions politiques en France
Des centaines d’Alégriens sont descendus dans la rue à l’annonce du renoncement de Bouteflika.

RYAD KRAMDI AFP or licensors

La classe politique française salue dans l’ensemble le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian « salue » la décision du président algérien Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat et de « prendre des mesures pour rénover le système politique algérien », dans un communiqué publié lundi.

« Je salue la déclaration du président Bouteflika par laquelle il annonce ne pas solliciter un cinquième mandat et prendre des mesures pour rénover le système politique algérien », déclare le ministre.

« Au lendemain des grandes manifestations, qui se sont déroulées dans le calme et la dignité à travers toute l’Algérie, la France exprime l’espoir qu’une nouvelle dynamique à même de répondre aux aspirations profondes du peuple algérien puisse s’engager rapidement », ajoute le chef de la diplomatie française.

« La France réitère son attachement à ses liens d’amitié avec l’Algérie en formant des voeux de paix, de stabilité et de prospérité pour l’ensemble de son peuple », conclut le ministre. La France et l’Algérie ont des liens étroits mais complexes, fruits notamment de l’Histoire, quand l’Algérie a été colonie française, du XIXe siècle jusqu’en 1962.

Le président algérien, confronté depuis deux semaines à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir, a annoncé plus tôt lundi renoncer à briguer un cinquième mandat et le report sine die de la présidentielle prévue le 18 avril.

Dans un message à la nation publié par l’agence officielle APS, il précise que la présidentielle aura lieu « dans le prolongement » d’une conférence nationale » chargée de réformer le système politique et d’élaborer un projet de Constitution d’ici à fin 2019.
Le président Bouteflika avait regagné l’Algérie dimanche, à l’issue de deux semaines d’hospitalisation en Suisse pour des « examens médicaux ».

« Chapeau le peuple algérien »

La classe politique a réagi, notamment sur les réseaux sociaux, à cette annonce.

Jean-Luc Mélenchon (LFI) : « Par sa mobilisation massive, le peuple algérien obtient la satisfaction de sa principale revendication : Abdelaziz Bouteflika renonce à se présenter à la présidentielle. Chapeau le peuple algérien ! En France on devrait y réfléchir ! »

Benoît Hamon (Générations) : « Je suis heureux que les Algériens par leur constance et leur force aient obtenu pacifiquement le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika à briguer un nouveau mandat. Ce n’est qu’un début. D’autres victoires pour plus de justice vont venir. Vive la démocratie. »

Nicolas Bay (RN, sur CNews) : « Si les islamistes tentaient de s’emparer du pouvoir, il est évident que cela aura des conséquences sur les flux migratoires. C’est un risque sérieux. (…) Il y a deux scénarios possibles. Ou l’Algérie se dirige vers une transition démocratique, ou il s’agit d’une manoeuvre du clan de Bouteflika qui détient toujours tous les leviers de pouvoir. »

Ian Brossat (PCF) : « Bouteflika renonce. La preuve qu’un peuple debout peut arriver à ses fins. Force et courage au peuple algérien ! »

Esther Benbassa (EELV) : « Bouteflika renonce à briguer un 5e mandat, la présidentielle reportée! Une première et magnifique victoire des Algériens et des Algériennes. L’avenir est ouvert, à eux et à elles de le construire, soyons à leurs côtés! »

Pour relire l’intégralité de l’article, cliquez ici

France Politique : « Chapeau le peuple algérien » : réactions des politiques français au retrait de Bouteflika

Le figaro : Algérie : Bouteflika renonce à l’élection présidentielle

20 minutes : Algérie : la France « salue » la décision d’Abdelaziz Bouteflika de ne pas briguer un cinquième mandat 

La Nouvelle République.fr : « Chapeau, le peuple algérien ! »